Vidéo. Deux camionneurs marocains tués dans le nord du Mali. À qui profite le crime?

ACTUALITÉSOCIÉTÉ
963
1

L’assassinat odieux et lâche de deux camionneurs marocains dans la ville de Didène au Mali suscite beaucoup d’interrogations chez les observateurs et les internautes. Il est clair qu’il s’agit d’un assassinat commandité par des parties tierces et exécuté par des assaillants qui avaient pour seul ordre de tuer deux innocents marocains.

Selon les premières informations, ce sont quatre individus lourdement armés, cagoulés et circulant dans une voiture de marque Toyota qui ont perpétré ce double meurtre. Pour quelle raison  pourrait-on abattre aussi froidement de simples chauffeurs de camions qui venaient de si loin pour livrer des marchandises à des clients à Bamako ? Il n’y a aucun motif apparent puisqu’il s’est avéré qu’il ne s’agit même pas de cambriolage.

Autant dire que cet attentat a été, à coup sûr, conçu et organisé par un groupe armé téléguidé par les services d’un pays tiers. Comme le Maroc n’a pas d’ennemis dans la région, nombreux sont les internautes qui voient la main secrète des services algériens. Après avoir brûlé toutes leurs cartouches diplomatiques, les caporaux en chef seraient passés aux balles réelles du terrorisme, via des groupes armés.

Cette thèse est d’autant plus plausible que le Mali reste le théâtre d’attaques de groupes affiliés à Al-Qaïda dont certains chefs sont algériens. On y trouve aussi des groupes de  l’Etat islamique et d’autres milices, qui ont des liens avec le Polisario, qui se sont étendues au Niger et au Burkina Faso. Et à propos du Burkina Faso, il faut rappeler que l’ambassadeur du Maroc avait été victime, en février 2021, d’une tentative de meurtre dont le mode opératoire ressemble à celui utilisé contre les deux camionneurs.

 

 

Le diplomate marocain a été agressé par deux individus circulant à moto qui l’avaient blessé à la tête avant d’être transporté à la clinique. Les médias burkinabés avaient indiqué que l’un des agresseurs a été abattu mais depuis on ne sait rien sur les raisons qui les ont poussés à agresser l’ambassadeur. Là aussi, le motif n’était pas le vol mais bel et bien de faire du mal à l’ambassadeur certainement sur ordre de commanditaires politiques ou sécuritaires.

Beaucoup d’observateurs soulignent que l’assassinat des camionneurs marocains est le signal d’une guerre pour stopper la percée économique du Maroc en Afrique. Ils pointent du doigt la junte militaire algérienne qui n’a plus d’autre objectifs que de contrecarrer le Maroc par tous les moyens y compris en recourant au terrorisme.

Le marathon diplomatique qu’effectue le ministre algérien Lamamra en Afrique et surtout la décision des généraux de déployer des troupes au Sahel plaident pour cette piste aventureuse. L’ex-opposant et diplomate algérien Larbi Zitout avait révélé, il y a quelques semaines, que près de trois milles soldats algériens, sont déjà déployés dans cette région.

L’Algérie avait créé il y a quelques années une structure militaire et de sécurité sous-régionale (CEMOC). Même si cette structure ne fonctionne plus, elle peut constituer une base pour ses services secrets qui n’hésiteront pas à commettre des actes criminels comme celui perpétrés contre les camionneurs marocains.