LE LIEN NON FONDÉ FAIT PAR LE WASHINGTON POST ENTRE L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE DU MAROC ET LA SITUATION DE DEUX JOURNALISTES POURSUIVIS PAR LA JUSTICE. 


**La reconnaissance de la marocanité du Sahara par les États-Unis: une décision mûrement réfléchie

Dans un article publié vendredi sous le titre “Les journalistes emprisonnés au Maroc méritent l’attention de l’administration Biden”, le Washington Post a établi un lien non fondé entre la reconnaissance par les USA de la marocanité du Sahara et la situation de deux journalistes poursuivis par la Justice. 

Alors que cette reconnaissance, mûrement évaluée, s’inscrit dans le cadre d’une équation géostratégique et géopolitique complexe, le Washington Post… l’accole “étroitement” aux dossiers de deux personnes.

Ce journal est connu pour sa posture défavorable au Maroc et on s’attendait à sa réaction…Mais là il s’attaque à la décision du président Trump sous un angle très surprenant !   

**Des questions de géopolitique et de géostratégie

Il considère cette reconnaissance comme une “récompense injuste et inutile” !? Il a même utilisé le mot “faveur politique“. Ce qui est inouï ! 

Des mots inadéquats !… Ce qui est en jeu, ce sont des questions géopolitiques et géostratégiques entre alliés et partenaires. L’article prétend aussi que les alliés européens de Washington, les nations africaines et les résolutions de l’Onu ne sont pas d’accord avec la décision de Trump. Ce qui est faux !

Les pays européens, les pays africains et l’ONU ont écarté définitivement l’hypothèse du simulacre   d’”indépendance“, sous tutelle algéro-iranienne, de ce territoire.

Les pays qui comptent dans le monde sont pour une autonomie sous la souveraineté du Royaume du Maroc, garant de la sécurité et de la paix dans la région.

La décision de Trump est caractérisée  par la cohérence et la franchise.  Par contre d’autres pays – malgré leurs intimes convictions sur la légitimité des droits du Maroc – continuent à “jouer” sur plusieurs tableaux.  Ils ne veulent pas mettre en harmonie leurs actes et leur pensée.   

La permanence du  conflit régional entre le Maroc et l’Algérie va  dans le sens de leurs intérêts de courte vue.      

***Les menaces sur la région par l’Algérie des généraux et l’Iran des mollahs.

Le Washington Post  zappe le projet obsessionnel, depuis près de 60 ans, des généraux algériens d’affaiblir le Maroc… allié fiable, loyal et vecteur d’équilibre et de modération dans la région. 

Il zappe  leur aventurisme qui menace  la stabilité en Afrique. Il  zappe les relations douteuses entre l’Algérie et l’Iran qui encouragent, financent et arment le séparatisme anti-marocain…

Ces deux alliés voyous cherchent, à tout prix, une façade sur l’Atlantique pour consolider et renforcer leurs capacités de nuisance.    

Pour ce qui est du rétablissement des relations du Maroc avec Israël,  le Washington Post devrait comprendre que plus d’un million  de citoyens israéliens sont originaires du Maroc. Ils ont de fortes attaches socio-culturelles et spirituelles avec le pays de leurs ancêtres. Le rétablissement de ces relations ne relève pas de la normalisation, mais d’un juste retour à l’ordre des choses.

Le Washington Post a fait la sourdre oreille quand  le régime algérien, notoirement antisémite,  a considéré ce rétablissement  comme une menace du “sionisme” à ses frontières… et qu’il a la ferme intention de combattre.

**Une question de lobbying    

Personne ne peut minimiser  la question des libertés et des droits.  Tous les pays du monde veulent leur renforcement et amélioration y compris aux USA… Mais peut-on lier des questions cruciales de géopolitique aux dossiers de deux personnes… qui demain ou après-demain peuvent bénéficier d’une liberté provisoire si les juges l’apprécient ainsi. 

Tout laisse supposer que derrière cette instrumentalisation ou ce prétexte se trouve des lobbys anti-marocains  évidemment “sous  influence” de la dictature militaire algérienne…

Enfin, pourquoi l’aveuglement  de ces milieux ainsi que celui du Washington Post, très avare de ses articles face à la dégradation des droits du peuple algérien qui souffre d’une féroce répression.  Y compris la situation infernale des Sahraouis marocains séquestrés  à Tindouf et surveillés par l’armée algérienne et ses milices dans des prisons à ciel ouvert.

Tôt ou tard, la justice souveraine prononcera son verdict, souhaité indulgent … mais la question de l’intégrité territoriale est une question existentielle pour la Nation marocaine qui va au-delà de tout lobbying ou de toute analyse biaisée.