Correspondance de Washington. Antisémitisme algérien: Le silence incompréhensible des États-Unis d’Amérique et de l’Union européenne


Par Hassan Masiky*

Il est incompréhensible et honteux que les États-Unis et l’Union européenne aient laissé le gouvernement algérien poursuivre ses diatribes antisémites contre le Maroc et Israël pendant si longtemps.

La presse algérienne a utilisé à plusieurs reprises des termes désobligeants pour décrire les Juifs et les Marocains dans les journaux et les émissions de télévision. En résumé, l’armée algérienne dit au monde que les Israéliens et les Marocains sont responsables de tous les problèmes perçus et attribue les maux de l’Algérie à une conspiration maroco-israélienne.

La presse officielle algérienne a accusé la « cabale juive toute-puissante » et les lobbies marocains d’avoir publié un rapport de la Banque mondiale critiquant l’économie algérienne et une résolution des Nations unies réprimandant la diplomatie algérienne pour le conflit du Sahara occidental. L’armée algérienne est allée jusqu’à accuser le Maroc d’avoir truqué le tirage au sort des barrages de la zone Afrique pour la Coupe du Monde qui s’est avéré défavorable à l’équipe algérienne.

Malgré plusieurs fausses histoires dans lesquelles l’Algérie accuse le Maroc et Israël de conspirer contre ses intérêts, la communauté mondiale est restée indifférente aux dangereux comportements racistes d’Alger.

L’incapacité à dénoncer la haine et l’intolérance de l’Algérie favorisera la propagation de l’antisémitisme en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. L’endoctrinement militaire algérien de son opinion publique menace la tolérance religieuse, la paix et l’harmonie. Il est temps que les puissances mondiales envoient un message clair au général Chengriha, le dirigeant de facto de l’Algérie, qu’il fera face aux conséquences de ses actions lorsqu’il fera la promotion de la haine anti-juive et anti-marocaine.

Bien que l’Algérie utilise depuis longtemps des slogans anti-juifs comme outils de propagande pour promouvoir le nationalisme, les campagnes du régime actuel ont atteint des niveaux de paranoïa sans précédent. Leur dernier exercice ouvertement antisémite consiste à blâmer les Israéliens et les Marocains pour la mauvaise performance de l’équipe nationale algérienne de football lors de la Coupe d’Afrique des Nations.

L’agence de presse officielle algérienne, APS, a publié un article en arabe accusant le Maroc et Israël d’avoir utilisé l’hypnose pour affaiblir les footballeurs algériens, ce qui aurait conduit à leur défaite contre la Guinée équatoriale lors de la Coupe d’Afrique de cette année.

S’il est difficile de croire qu’un gouvernement respectable relaierait une histoire aussi absurde, ce que les médias algériens ont diffusé dans le passé est encore plus pathétique et bien plus dangereux.

L’APS a publié d’innombrables conspirations juives extravagantes et des articles anti-marocains ahurissants, y compris des histoires accusant Israël et le Maroc de saccager les terrains de football algériens, de gonfler les prix des épiceries et de provoquer des pénuries alimentaires. Bien que ces déclarations soient ridicules et bizarres, leur nature antisémite les rend sérieuses et odieuses.

L’Algérie est allée jusqu’à accuser le Maroc et Israël d’avoir allumé des feux de forêt qui ont tué des dizaines de civils dans la région kabyle. En outre, la télévision nationale algérienne, ENTV, a diffusé une vidéo préfabriquée montrant la police algérienne arrêtant des auteurs présumés du Mossad et du Maroc. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’agents du DRS (renseignements algériens) se faisant passer pour des terroristes.

Face à cet antisémitisme éhonté, le Maroc et Israël s’attendaient à une condamnation mondiale du gouvernement algérien. Mais ces appels semblent être tombés dans l’oreille d’un sourd. En ce qui concerne l’antisémitisme algérien, les États-Unis et l’Europe détournent le regard.

L’APS est le porte-parole du gouvernement algérien, et ses articles sont les positions officielles de la présidence algérienne. Ainsi, l’échec du Département d’État américain et de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies à prendre une position ferme et sans équivoque contre l’antisémitisme algérien est inexplicable.

Le président algérien accuse constamment le Royaume et Israël de comploter contre son pays sans preuve. Et même si certaines de ses histoires sont risibles et imaginaires, les ignorer donne l’impression que les Européens et les Américains tolèrent un antisémitisme aussi flagrant.

Plusieurs vidéos circulant sur YouTube prouvent que l’Algérien moyen croit à ces contes fictifs. Une multitude de chaînes de télévision privées financées par l’armée algérienne alimentent les accusations de complot que l’APS vend aux téléspectateurs algériens et arabes.

La France et l’Espagne, les deux éminents partisans occidentaux du régime militaire d’Alger, sont longtemps restées silencieuses sur l’antisémitisme de leur allié, de peur de perdre leur influence économique et politique en Afrique du Nord.

Puisqu’aucune nation européenne ne s’exprime contre les campagnes sectaires des médias algériens contre les Israéliens et les Marocains, il appartient maintenant au gouvernement des États-Unis d’attirer l’attention sur le danger de ces tendances alarmantes. En effet, après les médias iraniens, le fil de l’APS est devenu le principal relais de la littérature antisémite.

Il est temps pour les États-Unis de condamner et de réprimander les dirigeants algériens pour leur discours antisémite. Le monde doit arrêter les campagnes de l’APS avant qu’elles ne deviennent une référence pour les autres gouvernements et institutions pour promouvoir l’antisémitisme.

*Journaliste-écrivain établi aux États-Unis d’Amérique