Ces drones marocains qui sèment la terreur au sein des milices armées polisariennes


Les drones marocains sont devenus un cauchemar pour les séparatistes écrit le journal espagnol La Razon dans son édition du lundi 3 janvier 2022. Depuis plusieurs mois, en effet, les polisariens ne peuvent plus se mouvoir dans la zone tampon reconvertie en  pseudo « territoires occupés » sans être neutralisés ipso facto.

D’ailleurs plusieurs de leurs chefs, qui ont osé s’aventurer sur ce terrain marocain, ont été abattus par les missiles MAM transportés par les drones turcs Bayraktar TB-2. Le soi-disant chef de la gendarmerie Dah El Bendir a été le premier à en faire les frais en se faisant tuer près de Tifariti par une frappe chirurgicale des FAR.

Depuis les milices armées mènent des combats factices en déroulant à la pelle des communiqués de guerre tout aussi fictifs. Ils se consolent aussi en reprenant une information rapportée par Menadefense selon laquelle l’armée algérienne dispose d’un système de guerre électronique capable de détecter les drones marocains.

Le site polisarien Ecsaharahui donne plus amples détails sur ce système chinois qui détecte les avions ainsi que les navires furtifs et localise les drones sur une distance de 500 kilomètres. La reprise de cette information par le polisario n’est pas fortuite car il est tout à fait possible que ce soient les généraux qui leur ont demandé de la répercuter dans leurs médias.

Autant dire que l’armée algérienne pourrait utiliser ce système, au nom des séparatistes, pour limiter la portées des drones marocains. C’est même une évidence quand on sait que les séparatistes ont déjà annoncé qu’ils veulent acheter des équipement militaires similaires à ceux de l’Algérie.

Un expert militaire qui garde l’anonymat, et qui ne dit pas s’il est algérien ou polisarien, affirme que: La fantomatique république « pourrait acquérir ces équipements auprès des pays alliés qui ont une industrie militaire avancée comme l’Afrique du Sud ». C’est un peu, voire trop téléphoné quand on sait que le polisario est, depuis des décennies, sous respiration artificielle algérienne.

Les généraux algériens qui sont aux abois en perdant sur tous les fronts n’hésiteront pas à franchir ce pas car les milices armées sont paralysées par… les drones marocains. Le soi-disant expert militaire le reconnaît tout en essayant d’en atténuer l’efficacité: « L’avantage des drones ne concerne pas spécialement l’équipement en question mais plutôt la configuration du terrain désertique qui oblige les combattants sahraouis a évoluer à découvert ».

Mais il finit par admettre l’évidence en ajoutant que: « Les sahraouis doivent agir en dehors du rayon d’action du drone ». Notre expert ne dit pas comment les séparatistes peuvent éviter les drones à part de se replier en territoire algérien. Car comme l’avoue, malgré lui notre expert, les frappes des FAR sèment la terreur au sein des polisariens.