Sortie simultanée, à Madrid, de deux livres consacrés aux relations hispano-marocaines. Les mensonges de Javier Otazu et les vérités de Nabil Driouch

ACTUALITÉPOLITOSCOPE
394
1

L’ex-directeur du bureau de l’agence de presse espagnole (Efe) à Rabat, Javier Otazu, a commis un nouveau livre intitulé « Los tres jaques del rey de Marruecos ». « Le chaud et froid de la presse. En vente le 28 septembre. Dans vos librairies ou via @Livres Catarata. Au Maroc, vous ne pouvez l’acheter qu’en version électronique, vous savez pourquoi« , a-t-il aboyé sur son compte twitter (voir ci-contre son post). 

 

 

 

 

Remarquez que le « fils de Pub » crie déjà à « la censure », avant même de mettre son navet sur les étals des librairies. Maintenant qu’il est à Washington, il voit déjà les ciseaux grincer alors qu’il ne s’est jamais inquiété quand, à Rabat, il s’autorisait tous les écarts imaginables, y compris envers la plus haute autorité du royaume.

 

 

 

 

Mais passons, car le con-frère a besoin de justifier son nouveau job à Washington, où il a été muté dernièrement. Et là, au lieu de vaquer à ses occupations outre-Atlantiques, il continue de se défausser sur le Maroc, dans le dessein servile de flatter ses maîtres à Madrid dans le sens… de la marocophobie.

« Les journalistes de haut niveau à leur arrivée à Washington rêvent d’obtenir un rendez-vous avec le nouveau locataire du bureau ovale, le président Joe Biden, mais Otazu sait que ce rêve est hors de portée. Biden a consacré seulement 29 secondes au chef du gouvernement espagnol, alors combien de secondes va-t-il consacrer à « Efe » qui garde toujours le premier Alphabet du nom du général Franco (Efe)?« , ironise un connaisseur.

Ironie du sort, au moment où le scribouillard Otazu annonce la parution de son grimoire à Madrid, notre confrère Nabil Driouch remet les pendules à l’heure en sortant la version espagnole de son livre sur les relations hispano-marocaines: « Le Voisinage prudent ».

Du moins ce livre reflète-t-il une vision équilibrée des relations maroco-espagnoles. Il s’appuie sur des témoignages recueillis auprès des personnalités qui ont vécu les événements historiques les plus importants, répercutant ainsi le point de vue marocain sur les questions du Sahara marocain, Ceuta et Melilla tout en analysant les crises majeures que ces relations ont traversées, sans complexes comme ceux du plumitif Otazu.

La version espagnole du livre de Nabil Driouch édité à Madrid par la maison d’édition Diwan spécialisée dans le dossier des relations maroco-espagnoles met à nu la superficialité et la médiocrité du niveau intellectuel et analytique de certains journalistes espagnols qui prétendent se spécialiser dans les dossiers marocains, alors qu’ils ne font qu’à alimenter de vieux préjugés et dissimuler leur incompétence professionnelle par l’excitation.


Article Tags