ACHAT POLÉMIQUE D’UN RIAD À ESSAOUIRA. ZINEB EL RHAZOUI, L’ISLAMOPHOBE, ÉPINGLÉE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


Ancienne journaliste, Zineb El Rhazoui a collaboré au Journal Hebdomadaire où elle a mené des enquêtes sur les libertés individuelles et les droits de l’homme. Prônant la laïcité, elle a créé en 2009 avec Ibtissam Lachgar le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles le MALI. Avec ce mouvement, les “dé- jeûneurs” visaient l’article 222 du Code pénal sanctionnant la rupture du jeûne du Ramadan dans un lieu public, en plein jour.

Après avoir participé à la coordination du Mouvement du 20 février en 2011, elle est recrutée en 2013 par l’hebdomadaire français Charlie Hebdo. Déjà en 2015, la franco- marocaine se fait remarquer pour des questions de sous. Elle a critiqué la mauvaise distribution, selon elle, de l’argent reçu par Charlie Hebdo après les attentats en 2015. Elle le quitte en 2016.

Depuis, son discours a glissé vers la haine pas seulement contre les islamistes, les frères musulmans, les salafistes… mais contre l’Islam, religion comparée à “l’idéologie nazie”. Elle en est même arrivé à dire “Mort à l’Islam” et “Nous sommes tous menacés par le fascisme islamiste”.

Une de ses graves dérives, en 2019, sur la chaîne CNEWS a révulsé les démocrates. Elle a souhaité que les policiers tirent “à balles réelles” sur la “racaille” et les délinquants des banlieues. Ce fut le tollé. Dernièrement, elle ne cache plus ses accointances avec l’extrême -droite française.

Or cette image de “militante”… vient d’être écornée par un faux pas. Les réseaux sociaux en sont secoués.

Sur Twitter et Facebook, on reproche à Zineb El Rhazoui d’avoir lancé, le 15 novembre 2019, avec les sénateurs LR, Bruno Retailleau et Eustache Brinio, un appel pour une “cagnotte”  afin qu’elle puisse faire face à de “lourdes charges” d’avocat pour attaquer en Justice ceux qui la menacent. La cagnotte aurait cumulé 47. 000 euros.

Or cinq mois auparavant, en juin 2019, elle aurait acheté à Essaouira un Riad de 9 chambres. Les commentaires ironiques ont fusé: “Haïr autant les Arabes et les Musulmans et l’Islam pour ensuite acheter une maison au Maroc ou à Dubai où l’appel à la prière est lancé 5 fois par jour…”.

“Dire mort à l’Islam pour aller vivre dans un pays musulman, ça paie l’islamophobie”… “Attiser la haine entre les communautés, insulter une religion, organiser une cagnotte et en même temps acheter un riad”.

Engluée dans ses contradictions et incohérences, l'”icône” de l’islamophobie qui a élu domicile à Dubai traverse une très mauvaise passe !

Facebook Comments