Correspondance de Washington. Union africaine: expulser le Polisario avant que le Tigré ne demande le « statut d’un État »


Par Hassan Masiky*

La guerre du Tigré n’est plus un conflit régional. Les différentes ethnies impliquées dans les combats font ressurgir le spectre de la sécession en Afrique. La décision du président Abiy d’arrêter l’avancée militaire des troupes fédérales profondément dans le territoire du Tigré donne au Front populaire de libération du Tigré (TPLF) la possibilité de consolider davantage son statut d’autonomie et de mettre en place des demandes d’autodétermination et, finalement, d’indépendance.

Alors que la guerre civile d’un an en Éthiopie attire de plus en plus d’acteurs internationaux, ses implications pour l’Afrique et le rôle de l’Union africaine (UA) pourraient être dramatiques et durables.

Une question évidente est de savoir si Addis-Abeba autorisera un jour un référendum sur l’autodétermination au Tigré. Après tout, les précédents gouvernements éthiopiens ont soutenu les efforts de lobbying du régime algérien pour admettre la soi-disant « République arabe sahraouie démocratique » (rasd) à l’UA sur la base du « droit sahraoui à l’autodétermination ».

Il existe en effet des parallèles évidents entre le TPLF, l’Armée de libération Oromo (OLA) et la guérilla du Polisario. En effet, ce sont trois mouvements séparatistes.

Le concept et la portée du droit à l’autodétermination ont changé depuis que l’UA a accepté la « rasd » auto-proclamée en 1984. En fait, le conflit du Tigré est l’occasion opportune de reconsidérer la décision des Africains d’admettre un État qui n’existe que dans l’esprit des dirigeants militaires algériens.

L’Éthiopie est bien placée pour diriger les efforts visant à expulser la « RASD » avant que les forces du Tigré ne renforcent leurs arguments politiques en faveur d’un État indépendant. Ne pas tenir compte de la présence de la soi-disant « rasd » à l’UA maintient la possibilité de la sécession du Tigré et de l’Oromia comme une option viable.

Les arguments passés de l’Algérie pour reconnaître une entité auto-créée qui n’a pas les composantes de base d’un État peuvent avoir semblé convaincants pour de nombreux États africains en 1984. Cependant, ces mêmes revendications ne peuvent plus être utilisées pour conserver ce « pays » fictif comme un membre de l’UA. Prétendre le contraire, c’est ouvrir l’Union africaine à l’adhésion des républiques du Tigré et de l’Oromia.

Le droit international est sans ambiguïté quant à la manière dont les organisations internationales devraient décider du sort de certains territoires contestés. Mais aujourd’hui, le TPLF dispose de plus d’infrastructures politiques pour créer un Etat au Tigré que la « rasd » n’en a jamais eu depuis que les Algériens l’ont « fabriqué » sur leur sol.

En outre, étant donné que l’Espagne a rejeté la validité et les résultats du référendum catalan de 2017 pour l’indépendance et que l’Union européenne a accepté les justifications espagnoles, l’UA devrait expulser la « rasd ».

L’hypocrisie de l’UA en termes d’autodétermination est évidente car l’Algérie, qui a établi la « rasd », ne soutiendra jamais un État du Tigré. Mais en gardant la « République du Sahara » en tant que membre à part entière de l’UA, l’Éthiopie donne à l’OLA et au TPLF un argument valable pour pousser à l’indépendance.

Il est intéressant de noter que le plan d’autonomie locale du Maroc pour le Sahara est plus proche du modèle régional que le défunt président éthiopien Meles Zenawi a créé pour l’Éthiopie. Un grand régionalisme est donc bon pour le Sahara et le Tigré.

Le souvenir de la sécession de l’Érythrée de 1993 étant encore présent dans l’esprit des Éthiopiens, Abiy Ahmed doit agir rapidement pour mettre un terme aux aspirations séparatistes du Tigré et des Oromo. La première étape consiste à expulser la RASD, car il n’y a aucune différence entre les revendications sécessionnistes des Sahraouis et des Tigres.

Journaliste-écrivain établi aux États-Unis.