AMAR BELANI RIDICULISÉ LITTÉRALEMENT PAR LA COALITION ANTI-DAECH


Amar Belani, numéro deux du ministère algérien de l’ »Ingérence », a raté une belle occasion de se taire. « Le parallèle établi par Nasser Bourita entre le terrorisme et le séparatisme a sans doute fait rire tous les participants au forum de Daech », a-t-il risqué sans respect ni considération pour les 38 chefs de diplomatie venus participer le 11 mai à la Réunion de la Coalition mondiale contre Daech et dont le « délit », semble-t-il, est d’avoir choisi le Maroc pour tenir leur premier conclave en Afrique.

« Rira bien qui rira le dernier! », avions-nous alors épinglé, en réaction au propos irresponsable, de surcroît ridicule, du bouffon vulgaire. Et pas vraiment à tort, puisque le communiqué qui a sanctionné les travaux de la Réunion de Marrakech a bel et bien mis en évidence le nexus entre terrorisme et séparatisme. « Les participants ont relevé l’existence du nexus entre mouvements séparatistes et mouvements terroristes agissant en collusion, en instrumentalisant les vulnérabilités existantes d’une manière à démultiplier leur impact déstabilisant », souligne le communiqué de la grand-messe anti-Daech, co-présidée par Nasser Bourita et Victoria Nuland, sous-Secrétaire américaine aux Affaires politiques. « La prolifération des mouvements séparatistes en Afrique génère une déstabilisation et une vulnérabilité accrue des États africains, qui, en fin de compte, favorise Daech et d’autres organisations terroristes et extrémistes violentes« , relève encore le communiqué. 

L’ubuesque Belani aura certainement lu ce communiqué mais il n’a eu ni le courage ni l’honnêteté de répondre à ce communiqué adopté à l’unanimité des 38 ministres des Affaires étrangères qui ont répondu présent à Marrakech. Le silence assourdissant du pitre Belani, voix de ses maîtres galonnés, au demeurant sous-instruits et incultes, n’a d’égal que l’implication algérienne dans le parrainage du séparatisme, -l’entité nommée « polisario » pour ne pas la nommer-, dont les liens avec la nébuleuse daechienne « État islamique au Grand Sahara » (EIGS) ne sont plus à démontrer, ses membres dirigeants étant d’anciens éléments des milices séparatistes armées, à leur tête l’émir Abou Adnane al-Sahraou, qui a trouvé la mort dans un raid mené fin février dernier, par un commando de l’armée française, au nord du Mali.

Pourtant, l’EIGS, qui détient la palme de l’horreur à l’échelle de la région sahélo-saharienne, n’est que l’arbre qui cache la forêt. Al-Qaïda au Maghreb islamique, née en 2007 sur les ruines de l’ancien Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), est aussi un « lauréat de l’école algérienne ». Et pour s’en rendre compte, il n’est qu’à constater que ses émirs sont aussi d’origine algérienne, pire, en collusion avec les services du DRS-DSS. Et ce n’est surtout pas Mokhtar Belmokhtar, Abdelmalek Droukdel, Abou Oubaïda Youssef al-Annabi, qui diront le contraire. Pas d’ailleurs que le général à la retraite Mohamed Lamine Mediene, ex-patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), ni d’ailleurs ses successeurs, notamment Noureddine Mekri alias « Mahfoud polisario », qui vient d’être débarqué de la tête de la Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure (DGDSE, renseignement extérieur).