Énergies renouvelables: Un câble sous-marin de 3.800 km pour relier un complexe éolien et solaire au Maroc au réseau électrique britannique


La société britannique Xlinks prévoit de construire dans la région de Tan-Tan, un complexe éolien et solaire de 10,5 GW d’énergie et la connecter au réseau électrique du Royaume-Uni via un câble sous-marin de 3800 km.

La société, qui compte parmi ses membres dirigeants le président-directeur général du géant saoudien de l’énergie ACWA Power, Paddy Padmanathan, prévoit de déployer le projet, qui comprendrait 7 GW de capacité solaire et 3,5 GW d’énergie éolienne au Maroc.

« Xlinks est en pourparlers avec le gouvernement marocain concernant les sites exacts de la ferme solaire et travaille sur l’obtention de permis avec les départements concernés« , a déclaré le PDG de la société, Simon Morrish, au magazine pv.

Le premier câble sous-marin sera mis en ligne en 2027

La société prévoit de lancer des appels d’offres internationaux pour la construction du projet et prévoit de mettre en ligne le premier câble de 1,8 GW au début de 2027 et un deuxième câble deux ans plus tard.

« La conception technique du site de production utilise des modules PV et des éoliennes qui sont disponibles sur le marché aujourd’hui« , a précisé Morrish. « Cependant, cela pourrait être révisé à mesure que la technologie émergente deviendra prouvée ».

L’énorme complexe serait connecté au réseau électrique britannique à Alverdiscott, Devon et Pembroke, au Pays de Galles, via une ligne de transmission de courant continu à haute tension (HVDC) de 3800 km, qui, selon le développeur, comprendrait quatre câbles séparés et constituerait la plus longue liaison de transmission dans le monde.

Le circuit du câble sous-marin

Le câble traverserait les eaux internationales et plongerait dans les eaux territoriales de pays européens comme le Portugal, l’Espagne et la France à quatre reprises, ce qui, selon le promoteur, devrait faciliter l’obtention des permis d’urbanisme.

« Pour son déploiement, trois itinéraires différents ont été envisagés et celui ne touchant pas les eaux territoriales a atteint une profondeur de 3 000 mètres, nous avons donc opté pour l’itinéraire le moins profond qui ne dépasse pas 700 mètres« , a déclaré Morrish. « Cela signifie que nous allons dans les eaux territoriales de l’Espagne, du Portugal et de la France et que nous sommes maintenant en train de commencer les demandes d’approbation correspondantes« .

Le coût du projet

Dans l’ensemble, Xlinks prévoit d’investir environ 18 milliards de livres sterling dans le projet. « Nous ne faisons rien d’exceptionnel d’un point de vue technologique », a déclaré Morrish.

« Tout ce que nous faisons, c’est assembler diverses pièces du puzzle pour fournir un approvisionnement en électricité très précieux au réseau britannique et aider à la pénétration de l’éolien offshore et à la décarbonisation globale du pays ».

Bon vent…