LE SIMULACRE DE RÉPONSE DE GONZALEZ LAYA À NASSER BOURITA


La ministre espagnole des Affaires étrangères, González Laya, s’est fendue samedi après-midi d’une réponse très laconique à la demande d’éclaircissements formulée dans le communiqué du Département Bourita diffusé ce samedi 8 mai, au sujet de l’admission sous une fausse identité algérienne et avec des documents de voyage trafiqués par les services algériens, à l’hôpital San Pedro, à Saragosse.

Tenez, “je n’ai RIEN à ajouter à ce que j’ai dit jusqu’à présent”, a-t-elle déclaré, lors d’une conférence de presse tenue conjointement ce samedi avec son homologue de la république du Paraguay, Euclides Acevedo.

Il paraît maintenant qu’il va falloir en penser quelque chose. Or, rien. À part que ce simulacre de réponse dénote d’une nouvelle tentative de fuite en avant.

Alors qu’on s’attendait à une véritable réponse aux vraies questions posées par le département Bourita, la première fois le 25 avril 2021, au lendemain de la convocation de l’ambassadeur d’Espagne à Rabat, Ricardo Diez Hochleitner… la seconde fois, dans l’interview accordée le 1er Mai à l’agence officielle espagnole “EFE”… et la troisième fois, dans le communiqué de ce samedi 8 mai… On a eu droit finalement à une pseudo-réponse débitée à l’occasion d’une conférence de presse !!

Heureusement que l’Espagne reçoit ces derniers temps en visite officielle plusieurs ministres des Affaires étrangères, sinon ni l’opinion publique espagnole, ni le Maroc ni le monde n’aurait des “informations” sur cette grave crise qui fait suite à ce scandale d’État: “le GhaliGate”.

C’est une attitude désinvolte, à la limite irresponsable de González Laya. Il y a lieu de s’interroger si son absence d’arguments ne soit le signe d’un état de cafouillage et de stupeur au sein de l’Exécutif espagnol. Une panne d’arguments!

Dire à chaque fois que le gouvernement espagnol “n’a RIEN à ajouter” en dehors de la rengaine des “motifs humanitaires” affecte la crédibilité de ce gouvernement, à moins que ça ne soit le symptôme d’une véritable crise que ce gouvernement s’est infligée lui-même.

C’est ce qu’on appelle le syndrome des courtes vues!