Le fabuleux destin du Belgo-marocain Salah Eddine Dassy

ACTUALITÉSOCIÉTÉ
140
0

Pour le jeune Belgo-marocain Salah Eddine Dassy, la journée du lundi 14 septembre 2020 ne sera pas comme les autres. C’est le jour où il fait sa première et inédite entrée à l’université en tant qu’élève ingénieur.

Doté de capacités cognitives exceptionnelles, Salah Eddine (15 ans) a quitté les bancs du lycée pour la très prestigieuse Solvay Brussels School Economics & Management relevant de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

C’est son tuteur à l’école secondaire qu’il fréquentait Abed Mellouli, préfet des études de l’établissement, qui l’a encouragé à passer l’examen d’admission aux études supérieures de premier cycle qu’il remportera haut la main.

“J’aime bien me surpasser. Quand je poursuis un objectif, je me dis que c’est possible. Je donne tout pour y parvenir”, déclare le jeune prodige en toute fierté.

Fatima, sa maman qui accueille la nouvelle en toute sérénité pour avoir décelé très tôt les capacités extraordinaires de son petit génie se rappelle que Salah Eddine dévorait les livres et les manuels scolaires dès son jeune âge. Pendant ses études primaires, il passait vite aux classes supérieures tellement il apprenait vite, confie-t-elle à la MAP.

Sa nouvelle expérience à l’université, Salah Eddine la vit avec enthousiasme, modestie et fierté, bien que sa maman soit un peu inquiète de ce nouveau monde qui lui est étranger.

Doté d’une maturité exceptionnelle, le surdoué entame ses études d’ingénieur avec l’espoir de pouvoir toujours partager des moments de détente avec ses amis et les membres de sa famille. Lui qui sait bien faire la part des choses entre études et distraction.

Avant son premier cours à l’Université Libre de Bruxelles, il n’a pas manqué d’aller dire un petit bonjour à ses anciens camarades de classe à l’école secondaire qu’il fréquentait en région bruxelloise.

Le plus jeune étudiant de l’ULB garde la tête froide et ne veut surtout pas être distrait par une quelconque influence pour réussir son parcours.

A ce propos, sa mère a révélé à la MAP un petit secret de famille.

«A la maison nous n’avons pas de télévision», dit-elle. Voilà une famille qui a compris que le contact avec le monde du savoir se fait par les livres et internet quand il est utilisé à bon escient. Bon vent Salah Eddine !


Facebook Comments