Chirurgie réfractive laser. Comment voir plus clair sans lunettes, ni lentilles de contact ? Les explications de l’ophtalmologiste Loubna El Ouali

ACTUALITÉSOCIÉTÉ
290
1

Le port de lunettes ou des lentilles de contact corrige, certes, les défauts visuels comme la myopie et autres mais il engendre aussi des désagréments qui obligent le patient à changer de mode de vie. Outre l’intolérance envers l’une ou l’autre solution, il est clair qu’en portant des verres de correction, on est forcement contraint de s’accommoder à certaines exigences de sécurité ou tout simplement d’environnement.

Certaines personnes redoutent l’aspect inesthétique de la monture qui cache la partie la plus expressive du visage en l’occurrence les yeux. C’est ce qui explique le recours de la plupart des patients aux lentilles de contact, notamment les femmes, mêmes si elles présentent certains inconvénients.

Mais ce qui est encore plus frustrant, c’est que la personne qui porte des lunettes ne peut pas pratiquer certains sports comme la natation, le foot, les arts martiaux et autres. C’est d’autant plus frustrant que la myopie touche près de 40% de la population, hommes et femmes, qui se trouvent ainsi privés de pratiquer leurs passions et leurs hobbies.

C’est ce qui explique l’engouement pour la chirurgie réfractive qui permet aux patients de voir sans lunettes, ni lentilles et donc de retrouver une vie sans contraintes, ni incommodités.

L’ophtalmologue Loubna El Ouali dirige avec son époux, le professeur Daoudi Drissi Jaafar, le cabinet d’ophtalmologie adultes & pédiatrie à Casablanca, qui est devenu une référence en matière de chirurgie réfractive.

Pour le docteur El Ouali, cette technique au laser permet aux patients ayant des troubles visuels (myopie, défaut de vision de près ou de loin) de voir sans lunettes, ni lentilles. Et l’ophtalmologue de préciser: « Contrairement à ce que l’on croit, cette chirurgie ne se limite pas à assurer plus de confort aux patients mais elle leur permet, aussi et surtout, de changer leur mode de vie en mieux et de retrouver certaines sensations et autres pratiques qu’ils ne pouvaient pas avoir en portant des lunettes et des lentilles ».

L’engouement pour cette opération s’explique par sa technique light, sa rapidité et ses résultats probants: « Cette chirurgie est effectuée sous anesthésie topique en ambulatoire (sans hospitalisation), les deux yeux sont opérés le même jour dans la grande majorité des cas. C’est une chirurgie extrêmement précise et rapide ayant bénéficié d’une grande évolution technologique. Par conséquent, le taux de réussite est très élevé (99%) à condition, bien sûr, que le bilan préopératoire effectué ne comporte aucune contre-indication. La récupération visuelle se fait généralement de façon rapide dans les heures qui suivent l’opération selon la technique laser utilisée », souligne l’ophtalmologiste Loubna El Ouali.

Il faut toutefois préciser que pour bénéficier de cette technique chirurgicale, le patient doit avoir une stabilité visuelle qui date de deux ans et qu’il soit âgé de plus de 18 ans. Ceci étant, indique le docteur  Loubna El Ouali, il existe plusieurs techniques, voire des verres de nouvelles générations pour freiner l’évolution de la myopie chez les enfants et les adultes de moins de 18 ans.

Il faut rappeler que la chirurgie réfractive est répandue chez nous. Seul hic, le prix de l’appareillage servant à cette intervention chirurgicale est très coûteux réduisant ainsi le nombre des chirurgiens ophtalmologistes qui pratiquent cette technique au Maroc.