Vidéo. “Pour la première fois, par les urnes, le mouvement islamiste a été platement battu. On a tort de ne pas aider le Maroc”. Les bonnes vérités de Julien Gray et Gilles-William Goldnadel.

ACTUALITÉNATION
1.3K
1

Dans le combat contre l’islamisme, il n’y a pas que de mauvaises nouvelles. Je suis étonné que, depuis quelques jours, dans le monde médiatique actuel, on n’ait pas pris en considération ce qui vient de se passer au Maroc. Je pense que c’est un élément important. Pour la première fois, par les urnes, le mouvement islamiste a été battu, platement battu. Et là, on devrait, nous, s’en réjouir. Les islamistes qui sont au pouvoir depuis dix ans sont passés de 120 députés à 12. Il y a une augmentation de la participation. C’est une défaite historique qui va servir par rapport à la Tunisie. Il faut se battre fermement contre l’islamisme, il n’y a pas de fatalité à cela, y compris pour les États qui sont concernés par cette confrontation. Et je pense qu’on a tort de ne pas aider ces pays-là“.

Invité sur le plateau de la chaîne de télévision française d’information nationale en continu, CNEWS, pour se prononcer sur le procès en cours des attentats anti-Paris du 13 novembre 2015, Julien Dray, membre du Bureau national du Parti socialiste (PS), a fait une longue digression en intentant (plutôt) un procès contre les “médias conformes français“, accusés de passer à la trappe un événement historique, soit le vote-sanction, ou le vote prise-de-conscience du peuple marocain contre le mouvement islamiste incarné par le Parti justice et développement (PJD), après dix ans au pouvoir.

 

 

 

 

Ce qui s’est passé au Maroc n’est pas rien“. D’autant moins que “le Maroc vient de reconsidérer ses relations avec Israël et (…) malgré tout, le peuple marocain a dit qu’il faut aller dans ce sens“, souligne Julien Gray, en taclant à plusieurs reprises les “médias conformes français” qui préfèrent regarder ailleurs, alors que la France est aussi concernée par la problématique islamiste.

Gilles-William Goldnadel tire à boulets rouges sur l’Algérie

L’avocat français Gilles-William Goldnadel a le même grief contre ces “médias conformes français”, qui tirent sur tout ce qui bouge au le Maroc alors qu’ils épargnent l’Algérie. “J’abonde dans le même sens indiqué par Julien Gray. Mais j’ai une petite explication sur le fait qu’on n’en parle pas. Le Maroc n’a pas la même presse que l’Algérie. l’Algérie est une république, le Maroc est une monarchie, il est plus démocratique (…) C’est marrant, on parle beaucoup de république sahraouie, mais par contre, il n’est pas question de parler de la Kabylie. L’Algérie s’est construite sur le ressentiment contre la France, le Maroc regarde l’avenir. Ça ne plaît pas aux médias conformes. Et le fait que le Maroc ait reconnu Israël n’est pas spécialement une source de sympathie pour les médias conformes français“, a relevé M. Goldnadel, ex-militant UMP, actuellement membre du Centre national des indépendants et des paysans (parti politique français classé à droite).

Il faut rappeler que la sortie de Julien Gray et Gilles-William Goldnadel intervient après la violente curée médiatique orchestrée dernièrement contre le Maroc, impliqué sans autre forme de procès dans la pseudo-affaire “Pegasus”. Cette sortie ne va évidemment pas plaire aux “spécialistes” du Maroc et… de “la moitié vide du verre“! Un moment de vérité et une leçon de courage qui font ô combien défaut par cette belle époque de rien… médiatique!